Taichung, Sun Moon Lake & Lugang

Samedi soir trajet en train riche en découvertes pour aller à Taichung. La première avec les toilettes du train qui s’avèrent être à la turque. Mais les taïwanais semblent préférer ce type de toilettes.  Deuxième pour J. qui teste les repas du train, bien meilleurs que ce qu’on peut trouver en France, et bien moins chers. La dernière, et pas des moindres, en nous trompant de gare d’arrivée. Heureusement un autre train pour Taichung passait juste après et nous sommes finalement arrivés sans encombres.

A l’arrivée les taxis ne comprenaient pas où nous voulions aller. Heureusement une jeune taiwanaise parlant l’anglais nous a sauvé en appelant l’hôtel pour avoir des explications et les transmettre au taxi. N’hésitez pas à vous faire aider par de jeunes taïwanais qui parlent souvent anglais et qui sont très serviables.

Nous arrivons donc à l’auberge et, après avoir découvert que le wifi est mauvais (horreur !), nous allons nous restaurer. Problème, il est 22h dans un quartier peu animé, tous les restaurants sont fermés sauf celui d’en face dont la carte et le personnel ne connaissent pas l’anglais. Nous sommes sauvés par une fille de l’auberge qui parle chinois et anglais. Grâce à elle nous avons eu le droit a un dîner pantagruélique composé de nombreux plats de spécialités que nous partageons.

Retour à l’auberge où nous sommes séparés en deux chambres, un dortoir filles et un dortoir garçons.

Sun Moon Lake - Taiwan

Réveil à 8 heures pour Sun Moon Lake dont le nom vient de sa forme, à la fois celle d’un clair de lune et du soleil. Les taïwanais on de l’imagination ! Après un petit déjeuner un peu speed, nous allons des billets all inclusive (aller-retour en car, traversée du lac, téléphérique et retour au car en bus). On vous conseille plutôt de ne prendre qu’un aller-retour en car et d’aviser ensuite sur place. La météo est superbe et nous flânons à l’ombre de jolies promenades où nous croisons des pêcheurs, des hôtels de luxe et même la barque de Tchang Kaï-Chek ! L’eau est turquoise et très limpide, le soleil de plomb et l’atmosphère apaisante. Les filles prennent leurs premiers coups de soleil, allongées au bord de l’eau.

Un petit tour en bateau et une montée en téléphérique (inutile mais néanmoins la quatrième infrastructure taïwanaise d’après le top 100 de l’ “organisation nationale des infrastructures de loisir, tourisme et transports taïwanais, parking compris”) agrémentent notre après-midi.

Retour à l’auberge et au restaurant de la veille, cette fois accompagnés de notre sauveuse, Joyce, une new-yorkaise originaire de Hong-Kong qui étudie le marketing. Moment agréable même si J. doit s’absenter pour cause de fièvre (rassurez-vous, elle va mieux !).

Le lendemain, réveil plus tranquille avant de mettre le cap sur Lugang, petit village (de la taille de Nantes !) traditionnel. Notre voyage en car est rythmé par les “feux de l’amour” taïwanais, qui nous captivent par la médiocrité du jeu des acteurs qui nous permet néanmoins de tout comprendre.

Arrivés à Lugang, perdus et sans carte, nous sommes une fois de plus étonnés par l’extrême serviabialité des taïwanais : pas moins de trois personnes proposent de nous aider et une quatrième nous apporte une carte spontanément. C’est parti pour une promenade dans les petites rues de Lugang, l’allée des gentlemen, les temples Longshan et Thienou (même ici Etienne est une star !), la rue aux neuf détours et le marché.

L’allée des gentlemen est une petite ruelle de soixante-dix centimètres de large (surveillez votre régime !). Le temple Longshan est le plus vieux temple de l’île. Très vaste, il est moins coloré que les temples précédents et moins fréquenté, même si nous y avons vu une vielle femme “bénir” une fidèle.

Petite escale au marché pour acheter à manger des choses inconnues mais bonnes. On a également goûté le thé aux perles (pearl tea ou bubble tea). Cette boisson à base de thé et de lait est servie avec de petites boules de Tapioca au caramel qui ont un aspect caoutchouteux. Notre premier essai s’est avéré bon au départ puis écoeurant à la longue.

Monsieur Wu Lugang Taiwan

Direction ensuite le temple de Thienou en passant par la rue aux neuf détours. Cette rue est composée de neuf cul-de-sac, afin de dissuader les bandits et les vents de pénétrer dans le centre de la ville. Nous nous arrêtons également à la boutique de lanternes de Monsieur Wu, star locale de la confection de lanternes qui a même eu la chance de rencontrer Lady Gaga, coupures de journaux à l’appui ! Il confectionne des lanternes sur mesure dans les régles de l’art. Après cette journée chargée, nous récupérons nos sacs à la consigne de la gare et prenons le train pour Tainan.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s