N. aux Philippines : le bilan

Première information importante concernant ce bilan sur mes dix-sept jours passés dans ce magnifique pays que sont les Philippines : le visa touristique est gratuit et vous accorde vint-et-un jours sur place. Celui-ci devrait passer à trente jours prochainement, renseignez-vous.

Island hopping à El Nido, Palawan

La première chose que j’ai remarquée en arrivant aux Philippines, à l’aéroport de Manille, c’est la place de la religion. En effet, que l’on soit catholique ou musulman, on a la possibilité de prier dans un espace dédié au sein de l’aéroport. Il me semble n’avoir jamais vu cela, excepté peut-être à Kuala-Lumpur (et encore, je ne suis pas sûr). La religion, catholique surtout, est omniprésente : église dans le moindre village, chapelets dans les tricycles et taxis, images du Christ un peu partout et notamment publicités dans les rues. Ça change de l’Europe, ça étonne au début mais on s’y fait vite.

La deuxième chose qui frappe lorsqu’on arrive c’est le sourire des Philippins. En France, on ne sourit que si on a une bonne raison ou si on veut une augmentation (vous trouvez que j’exagère ? pas si sûr…). Aux Philippines, on vous sourit tout le temps, on vous salue, on est aimable et accueillant, on essaie de vous aider. Et tout cela est d’autant plus facile qu’on parle la même langue, l’anglais. Il y a bien sûr un intérêt à ne pas parler la langue des habitants du pays que l’on visite car ça ajoute à l’exotisme du pays, ça rend les situations plus loufoques, on s’amuse et on apprend à s’exprimer sans le langage (ce fut le cas pour moi à Taiwan, au Vietnam et en Chine). [Désolé, je crois que j’ai mis Taiwan et Chine, je rectifie : ce fut le cas pour moi au Vietnam et en Chine.] Mais quand on se comprend au delà des gestes et de trois mots de vocabulaire les échanges deviennent autrement plus intéressants et on apprend beaucoup plus de la culture et de la mentalité de l’autre.

Enfants à Puerto Princesa, Palawan

Petite anecdote sans (aucun) intérêt. Les Philippins ont tendance à toujours ajouter le mot “only” après vous avoir annoncé le prix. On retrouve ce “only” à l’écrit également. Pure provocation quand on vous annonce un prix trop élevé (peu probable) ? Conviction que le prix est bon (fort probable) ? Conscience Marketing même chez les commerçants les plus modestes (amusant, plausible) ? => Je vous avais prévenus !

Les Philippines semblent être le pays plus pieux du monde catholique et pourtant les lady boys sont légion, s’assument et sont tout à fait intégrés dans la société. Je trouve cela surprenant mais n’ai malheureusement aucune explication à ce paradoxe philippin.

En dix-sept jours passés aux Philippines je n’ai pris qu’une douche pas froide (et je ne dis pas qu’elle était chaude). Ça paraît abominable mais en fait on s’y fait très bien dans la mesure où les températures sont rarement (à part dans les montagnes) inférieures à vingt degrés. Quand aux chasses d’eau, ça fonctionne souvent avec un seau.

Prêts pour l'Underground River à Sabang, Palawan

La ponctualité n’est pas la principale des qualités philippines et il ne faudra pas vous étonner que personne ne s’étonne (ça fait deux fois le même verbe ? ah bon !) ici d’un retard de deux heures (ça n’est arrivé qu’une fois, heureusement). Toujours est-il qu’un bus ou une jeepney partira rarement à l’heure, sauf quand vous serez en retard, évidemment. On sait comment ça marche ! Les routes ne sont pas en très bon état et ne sont que rarement “construites”. En général ce ne sont même que des cailloux, voire des pierres. Je vous laisse imaginer le confort en jeepney ou tricyle.

En parlant de tricycle, j’ai remarqué que chaque zone géographique a son type de tricyle propre. Sur l’île de Palawan, la structure fait toute la largeur et il y a deux banquettes face à face sur le side-car. Sur l’île de Busuanga, on a pensé à tout avec un porte-bagages sur le toit et deux banquettes séparées sur le side-car. A Manille, les tricyles sont plutôt des vélos que des motos car si on veut aller vite ou loin on prend le taxi, bon marché. Enfin dans les montagnes, il n’y a qu’une banquette niveau passager mais parfois deux porte-bagages. Bref, c’est du détail mais ça fait aussi partie des typicités du pays.

Jeunes Philippins à Sabang, Palawan

Concernant le climat il faut savoir que la saison touristique s’étale de novembre à mai et que l’autre moitié de l’année c’est la saison des pluies. Il y a donc moins de touristes et vous pourrez sans doute négocier les prix quand ils ne seront pas déjà plus bas qu’en pleine saison. Les températures sont assez stables toute l’année. En définitive, j’ai apprécié voyager juste après la haute saison car on n’a eu aucun problème à se loger, les touristes étaient rares et la météo (à part une bonne pluie de temps en temps en fin de journée) fut parfaite, si on exclut les trois derniers jours.

Pour finir, le budget (un euro équivaut à à peine plus de cinquante pesos, je vous laisse convertir les nombres suivants). En dix-sept jours j’ai dépensé environ cinq-cent-trente euros tout compris. Une nuit coûte de deux-cents à deux-cents cinquante pesos (trois-cent-cinquante à Manille), un repas entre cent et deux-cents pesos, une San Miguel vingt à quarante pesos. Pour plus de détails je vous suggère de consulter les articles précédents où j’ai bien souvent précisé les prix. Sachez que j’ai voyagé de manière économique.

Enfants à Palawan

Mutti, Vati, on avait parlé un jour de se retrouver aux Philippines si j’avais des vacances à Shanghai, l’occasion ne s’est pas présentée mais le voyage aurait été génial, croyez-moi !

Merci à Henri et Stéphane qui m’ont accompagné chacun une semaine.

N.

Stéphane en route vers Batad, Luzon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s