Malacca

Trishaw

Jean-Noëlle et Henri montent donc dans le bus Singapour-Malacca et y découvrent de superbes sièges en faux cuir très confortables et, comble du bonheur, massant ! A vingt-trois heures nous arrivons à Malacca après avoir passé les frontières terrestres. Les formalités sont très rapides et on obtient un visa gratuit de quatre-vingt-dix jours pour la Malaisie. Nous logeons à la Tony’s Guesthouse pour quatre euros environ. C’est propre et décoré joyeusement, une bonne adresse d’autant que les petits-déjeuners payants sont très bons.

Saint Paul's Church

Le lendemain jeudi 2 août, nous partons visiter le centre historique de la ville aux bâtiments couleur brique. Rapide passage par Christ Church, sans grand intérêt, Saint Paul’s Church, église en ruines qui surplombe la ville et la mosquée Masjid Kampong Kling, au style déconcertant. Nous déjeunons au Jonker88 d’une délicieuse soupe nyonya (peuple issu du mélange entre chinois et malais) dans une cour ouverte où la clientèle est nombreuse. Nous repartons ensuite pour la Porta de Santiago et le Malacca Sultanate Palace dans lequel on peut admirer de nombreux dioramas et costumes traditionnels. Le palais en question est magnifique et construit sans aucun clou ou vis. On s’y promène pied sur le plancher de bois sombre, il y fait frais, c’est très agréable. Nous terminons notre journée de visites par un coup d’œil au vieux cimetière anglo-hollandais aux gigantesques tombes blanches avant de nous arrêter à Saint-François-Xavier’s Church, dessinée sur le modèle de la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier (pour  Claire, et les autres qui connaissent). Nous dînons au Selvam, cantine indienne où l’on mange avec les mains.

Centre historique de MalaccaVendredi matin, Tony étant absent, nous petit-déjeunons tous les trois au Baker’s Oven & Cafe, tenu par une occidentale qui prépare de délicieuse pâtisseries. Nous visitons ensuite le Baba Nyonya Heritage, grande maison traditionnelle de ce peuple sino-malais. On visite un guide écrit à la main. Les informations sont nombreuses et la rédaction est presque parfaite et sans fautes, on est loin des prospectus indonésiens ! Nous déjeunons ensuite dans un restaurant chinois où nous goûtons nos premières rice balls. Direction ensuite le temple bouddhique Cheng Hoon Teng à l’ambiance toujours aussi apaisante avant de nous rendre à la mosquée Masjid Kampong Hulu, la plus ancienne du pays. Nous avons l’occasion de discuter avec le muezzin, très accueillant et heureux de nous expliquer le Ramadan et autres coutumes musulmanes en anglais. L’entretien prend fin car il doit faire l’appel à la prière. Après une partie de cartes à l’hôtel, nous sortons dîner au marché de nuit de Chinatown : boules au poulpe, mixture non identifiée (mais sans doute composée de tofu, œuf et pommes de terre) et surtout tartelettes à l’ananas, la délicieuse spécialité locale.

Cheng Hoon Teng TempleSamedi, nous partons visiter le cimetière chinois Bukit China dont les tombes semblent pénétrer la colline sur laquelle il est situé. La balade dans le cimetière est agréable et paisible, ce qui la rend propice à des discussions emballées. La vue depuis le sommet n’est pas transcendante et nous continuons notre promenade en discutant jusqu’à la rivière Malacca. Une journée bien calme, donc, qui se clôt par un dîner au restaurant indien Vezhai Elai puis par un verre sur les berges aménagées de la rivière. Nous passons une dernière nuit chez Tony avant de partir pour le Taman Negara. Nous n’avons pas vu un seul Malais à Malacca, seulement des Chinois et des Indiens.

Bukit China

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s