Bangkok & Kanchanaburi

Fontaine, Bangkok

Courte nuit de jour le dimanche deux septembre, adieux à Alexandre et départ pour Bangkok en bateau à onze heures trente. Débarqués à Surat Thani (encore ?!), nous montons dans un bus pour Bangkok où nous arrivons le lendemain à sept heures du matin. Nous posons nos sacs au New Siam Hostel en bordure du quartier fêtard avant de commencer notre visite de la capitale.

Wat Phra Kaeo, Bangkok

Journée temples à pied puisque le quartier routard est très proche du quartier historique. En arrivant au Wat Mahathat, nous sommes étonnés par sa petite taille, jusqu’à ce qu’un moine bouddhiste nous indique une porte menant à de plus imposants bâtiments. Galerie de Bouddhas dorés géants, grande salle de prières, le temple est très paisible et vide de touristes. Nous déjeunons dans une échoppe en face du Wat Phra Kaeo, temple du Bouddha d’émeraude (en fait en jade) et le plus connu du pays. Attenant au palais royal, il est gigantesque, coloré et aux styles divers, mêlant porcelaine, mosaïque, miroirs, etc. On hésite entre kitsch bling-bling et sublime. Le Wat Phra Kaeo ne laisse en tout cas pas indifférent. Les visiteurs sont nombreux mais, le temple étant étendu, on ne se marche pas sur les pieds.

Palais Royal, Bangkok

Nous finissons la journée en visitant le Wat Pho au deuxième Bouddha couché le plus long d’Asie du Sud-Est (nous avons vu le troisième à George Town en Malaisie). Le Bouddha en question est recouvert d’or et le dessous de ses pieds de gravures. Le reste du temple est très grand, encore une fois, et se prête à la promenade avec ses jardins et ses hauts chêdis en mosaïques. Nous dînons dans la rue avant de partager quelques buckets et une chicha sur Khao San Road, la rue la plus célèbre de Thaïlande. Nous finissons la soirée par un super combo Burger King-McDo. Pour ceux qui en douteraient encore, c’est confirmé : victoire pour l’Anglais ! Qui a dit gros ?

Wat Phra Kaeo, Bangkok

Mardi nous nous réveillons tôt pour une excursion d’une journée à Kanchanaburi. Nous prenons un mini-bus dans lequel nous retrouvons huit touristes bien tristounets. Nous commençons par une visite du cimetière de la ville qui n’a pas rendu le sourire à nos compagnons de voyage, avant de pénétrer dans le JEATH Museum, tellement nul qu’il en devient comique. Les explications sont peintes en haut des murs, les véhicules et objets exposés n’ont jamais été remis en état depuis la seconde guerre mondiale, on dirait un gigantesque vide-grenier auquel on viendrait plus pour se divertir que pour acheter. Il manque des pans entiers de murs, il y a une pièce avec des statues ratées d’hommes préhistoriques. On n’y comprend rien. Direction ensuite le célèbre pont de la rivière Kwaï que nous traversons à la queue leu-leu. Le violoniste thaïlandais qui s’y trouve joue des morceaux Yiddish à notre arrivée, pensant reconnaître nos origines à nos barbes épaisses. C’est gagné, puisqu’il aura droit à quelques pièces pour les éclats de rires provoqués. Rappelons que la veille un chauffeur de taxi a hélé N. en lui criant « Salam Aleikoum » ! Avec une telle barbe, ça devait arriver.

Bouddha couché, Wat Pho, Bangkok

Nous prenons ensuite le train à travers la campagne. Censé traverser le fameux pont, il ne le fait pas mais le trajet vaut quand même le coup pour ses vieux wagons, ses paysages magnifiques, ses donuts bourratifs vendus par un Indien et ses moines ouvriers qui nous photographient perchés sur le bout des rails à plusieurs mètres du sol ! Nous déjeunons puis faisons un tour à une cascade sans intérêt avant de gagner le temple des tigres. Nous sommes tout excités à l’idée d’approcher ces gros mammifères rayés. Le temple est en fait une grande réserve naturelle avec chevaux, porcs, ours, vaches, buffles d’eau, paons, biches, etc. Les tigres sont tous affalés dans un grand enclos naturel. On passe de l’un à l’autre en donnant la main à un guide pendant qu’un second nous prend en photo avec notre appareil. On fait cela un par un sans jamais faire face aux tigres. Ceux-ci ont l’air parfaitement inoffensif. Néanmoins, quand on prend un coup de queue dans le visage, on fait moins le malin !

Wat Pho, Bangkok

De retour en ville, nous dînons au même restaurant que la veille avant de nous rendre en taxi au rooftop de l’hôtel Banyan Tree, le Moonbar, recommandé par deux de nos amis. Même si la vue sur l’ensemble de la ville est à couper le souffle, nous sommes extrêmement gênés par l’accueil et le service. Même si nous sommes habillés correctement, apparemment nos barbes ne plaisent pas. Heureusement, le calvaire est abrégé par la pluie qui nous oblige à battre en retraite jusqu’à Khao San Road. Ils ont perdu beaucoup de clients, bien fait pour eux ! Le service et la décoration ne sont franchement pas à la hauteur du standing qu’ils veulent se donner. Nous nous rattrapons donc avec un bucket à Khao San Road puis rentrons nous coucher.

Le pont de la rivière Kwaï, Kanchanaburi

Le lendemain, Jean-Noëlle se réveillent tôt pour une dernière journée de visite qui débute avec le Museum of Siam. C’est tout simplement le meilleur musée qu’on ait fait en Asie, voire tout court. Difficile à décrire, il est très interactif et on y apprend beaucoup grâce à des vidéos, des jeux, des dessins, des sculptures, des cartes, des ambiances, des animations, etc. C’est plus une expérience qu’une visite à proprement parler et on y apprend beaucoup sur le peuple Siam. Nous traversons ensuite à pied un marché et des rues typiques avant de déjeuner dans un super petit restaurant thaïlandais trouvé un peu par hasard. Nous louons ensuite un bateau longue-queue pour faire un tour dans les klhongs, ces quartiers sur pilotis quadrillés par les canaux et dans lesquels on pénètre en passant par des écluses. La balade dure une bonne heure et est très paisible. Un bon moyen de passer l’après-midi. Le bateau nous dépose au Wat Arun, temple principalement composé d’un chêdi que l’on gravit pour admirer la vue sur le fleuve et l’autre rive. Nous repassons par l’hôtel récupérer nos sacs avant de quitter la capitale.

Bouh ! (Tiger Temple)

Bangkok est une ville très étendue mais où les quartiers routard et touristique sont très concentrés. C’est très agréable et bien moins malsain que ce à quoi on s’attendait. La prostitution est latente mais on ne la voit que si on a envie de la voir. C’est en tout cas une capitale qui bouge et qui évolue de manière alternative par rapport à ses voisines. Bangkok, la sulfureuse !

Wat Arun, Bangkok

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s