Luang Namtha & Oudomxai

Champ Luang Namtha, Laos

Le mercredi douze septembre, nous prenons un tuk-tuk avec FP et Henri pour nous rendre dans deux gares routières différentes. Eux vont à Bangkok d’où ils s’envoleront pour Paris, nous passons la frontière terrestre avec le Laos à Chiang Khong, que nous atteignons en deux heures de bus depuis Chiang Mai. Arrivés à la frontière, nous changeons nos bahts contre soixante dollars et J. se fait tirer le portrait avant que Jean-Noëlle ne traversent le Mékong sur une embarcation sommaire. Ca y est, nous sommes au Laos, à Huay Xai précisément. Cinq minutes, deux formulaires à remplir, trente dollars par tête et quatre fonctionnaires suffisent à se procurer un visa de trente jours. Un fonctionnaire tamponne la date, une autre écrit le nom du visiteur, le troisième vérifie le tout et le dernier nous rend notre passeport en échange de quelques billets verts. Une formalité.

Cascade Luang Namtha, Laos

Après avoir réservé un mini-van pour quinze heures en direction de Luang Namtha, nous déjeunons dans le petit restaurant d’une mamie qui parle quelques mots de français. Nos frites (N. ne s’est toujours pas remis de son intoxication alimentaire) et notre salade tardent à arriver mais notre hôte nous rassure : au Laos, on prend son temps. Nous gardons cela en tête, ça nous sera utile pour le mois à venir. Arrivés à Luang Namtha vers dix-huit heures avec un contrôle de police en chemin, nous prenons une chambre à la Dalasavath Guesthouse, recommandée par le Lonely. Notre bungalow est défraîchi et nous accrochons notre moustiquaire imprégnée aux crochets prévus à cet effet, plus pour nous protéger des cafards que des moustiques. Direction le Ramboo Restaurant pour dîner. A peine assis, un quarantenaire bedonnant viens à notre table nous offrir un verre de Beerlao, la délicieuse bière nationale, très rafraîchissante. Ca commence bien !

riziere Luang Namtha, Laos

Le lendemain, après un copieux petit-déjeuner, nous louons deux vélos et partons en vadrouille aux alentours de la ville mais ni le Lonely, ni la carte fournie par notre loueur ne nous permettront de trouver le chemin pour le stupa que nous cherchons. Nous déjeunons au Minority Restaurant où la cuisine est réussie puis enfourchons à nouveau nos montures en direction de la cascade située au Nord de la ville. Le chemin qui y mène présente des paysages magnifiques de rizières à perte de vue avec des montagnes dans le lointain, mais aussi de petits villages traditionnels où les jeunes enfants sont bien moins farouches que leurs aînés. Nous nous rendons ensuite au stupa doré qui domine la ville et nous discutons brièvement avec un jeune laotien en admirant le panorama. Il étudie l’anglais et le chinois et passera bientôt un an à Chengdu, dans le Sichuan, ville chinoise que nous avons visitée six mois plus tôt. De retour en ville, nous rendons nos vélos et dînons au Minority Restaurant.

stupa dorée, Luang Namtha, Laos

Vendredi matin, nous prenons un bus qui nous mène en trois heures à Oudomxai, notre halte sur la route de Phongsali. Nous déjeunons puis faisons un tour à la Poste, où les panneaux sont rédigés en laotien et français afin de poster nos cartes de la Thaïlande. Nous dégustons ensuite une brioche aux raisins secs avant de rédiger quelques articles de blog dans notre chambre de la Vilavong Guesthouse.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s