Luang Prabang

Musée du Palais Royal, Laos

Comme on ne savait pas trop quoi faire mercredi dix-neuf septembre, on s’est dit qu’on allait passer seize heures dans les transports pour rejoindre Luang Prabang depuis Phongsali ! Partis à huit heures trente, nous arrivons dans la capitale culturelle à une heure du matin. Autant vous dire que c’est désert. Impossible de trouver la guesthouse où nous souhaitons loger (elle a disparu depuis la parution du Lonely et du Routard il y a deux ans). J. garde les sacs tandis que N. se lance dans du porte à porte dans la rue principale. La seule guesthouse ouverte (Phounsub) est à seize euros la nuit, un peu au-dessus de nos moyens. Lorsque nous découvrons la chambre, nous ne regrettons pas l’investissement : eau chaude avec bac à douche (une première après dix mois passés en Asie !), wifi,  climatisation, petit balcon avec mobilier en teck, et surtout, tout est propre, neuf et joliment décoré.

bâtiments coloniaux Luang Prabang

Le lendemain, pour bien commencer la journée, Jean-Noëlle vont prendre un petit-déjeuner français au Café Ban Vat Sene : si les croissants sont bons, la baguette est exceptionnelle ! Le cadre est simple et agréable, le service soigné, et la confiture de mûres délicieuse. Ca faisait longtemps ! Nous changeons ensuite de logement pour la Boupha Guesthouse et ses chambres dans nos moyens. Située à une centaine de mètres de la précédente, toujours dans la rue principale, on y accède par une agence de voyage. Ses propriétaires soixantenaires parlent très bien français, sont aux petits soins et nous profitons du lit king size. Nous ressortons pour déjeuner au Dien Dabai, de l’autre côté de l’affluent du Mékong que nous traversons à bord d’une pirogue en bois. Nous y dégustons la fameuse saucisse de Luang Prabang, très bonne, et surtout les algues du Mékong, à l’intérêt gustatif limité.

Vat Mai Souvannapoumaram Luang Prabang

Jean-Noëlle traversent à nouveau la rivière afin de se rendre à l’exposition de l’UXO Lao Visitors Centers, consacrées aux UneXploded Ordnances (bombes américaines non désamorcées). Pendant la guerre du Vietnam, le Laos est devenu le pays le plus bombardé de l’histoire et du monde. On décompte encore une victime par jour de ces bombes non désamorcées. Pour plus d’information, consultez le site UXO Lao. Un peu dégoûtés, nous poursuivons notre promenade en faisant une halte au Vat Manorom avant de nous rendre au Ock Pop Tok, centre de tissage de soie laotienne de qualité. La visite est intéressante et se conclut par un passage à la boutique où Jean-Noëlle achètent deux cadeaux (qui seront les heureux élus ?) avant de discuter une bonne demi-heure avec Rudy, le manager français, qui nous parle de la vie d’expatrié au Laos et au Cambodge.

Cafe Ban Vat Sene

En chemin pour le centre-ville, nous visitons le Vat Pabaht puis nous arrêtons regarder notre première partie de petang. Il s’agit bien de la pétanque prononcée avec l’accent marseillais qui est l’un des loisirs préférés des Laotiens. Puis c’est la rude épreuve du marché de nuit avec tous ses articles d’artisanat local. C’est l’occasion d’acheter une jolie paire de ballerines pour J., de nouveaux bracelets pour N. et quelques souvenirs en sirotant un thé glacé aux perles (zhenzhou nai cha, quand tu nous tiens !). Dernière halte avant la guesthouse dans un magasin d’artisanat où N. entame une dure négociation en chinois avec les propriétaires. Merci à J. qui lui est venue en aide quand il avait des trous.

Vat Xieng Thong Luang Prabang

Le lendemain matin, rebelotte pour un petit-déjeuner au Café Ban Vat Sene où nous troquons le bagel de la veille pour une délicieuse tarte au potiron. C’est parti pour une grosse journée de visites qui débute au musée du Palais Royal. Très intéressant à visiter le Routard à la main, on se promène de salle en salle dans l’ancien Palais Royal et on découvre pêle-mêle des mosaïques de verre aux murs, des épées, des photos des monarques, des volumes de la Pléiade, des instruments de musique et les cadeaux offerts par les pays étrangers. On note la pertinence des Etats-Unis et de leur morceau de pierre de lune offert au nom de la paix : ça devrait suffire à faire oublier les deux millions de tonnes de bombes lâchées sur le pays entre 1964 et 1973 ! Puis on passe par le Vat Mai Souvannapoumaram, la Villa Xieng Mouane et son centre d’artisanat où les moines apprennent à travailler le bois, le Vat Choumkhongsourintharane, le centre culturel lao-français, le Vat Paphamisaiyaram et surtout les bords du Mékong, très paisibles et agrémentés de jolies bâtisses coloniales.

That Makmo, Luang Prabang

On y fait une pause déjeuner avant de continuer au monastère Vat Xieng Thong, incontournable de la ville pour la beauté de ses quelques bâtiments colorés et décorés de mosaïques de verre. On en profite pour reproduire la photo de la couverture du Lonely Planet. Nous traversons ensuite la ville en sens inverse en passant par le Vat Sensoukharan pour rejoindre le parc du That Makmo et son vieux stupa de pierre brute. Nous terminons la journée par l’ascension de la colline Phu Si qui surplombe la ville depuis son centre. Pas indispensable, si ce n’est pour se rendre compte que Luang Prabang est bien plus étendue que ce que l’on pourrait croire. Jean-Noëlle prennent ensuite de bons jus de fruit frais dans une échoppe de rue en attendant de dîner.

Mekong depuis Phu Si, Luang Prabang, Laos

Vendredi vingt-et-un septembre, nous nous levons aux aurores pour aller assister aux offrandes des moines (Tak Bat) à mi-chemin entre notre auberge et le Café Ban Vat Sene. L’ambiance qui aurait pu être particulière est gâchée par les touristes qui mitraillent les moines au flash à moins de trois mètres de distance. Dommage. Une fois nos tartines et notre tarte tatin à la banane englouties, nous embarquons sur le Mékong que nous remontons jusqu’au village Ban Xan Hai où l’on nous laisse une demi-heure pour acheter quelques souvenirs. Nous continuons la remontée du fleuve jusqu’à la grotte Bak Ou, en fait composée de deux grottes à flanc de falaise. La première est sur plusieurs niveaux et les centaines de petits bouddhas qui s’y trouvent sont éclairés par la lumière naturelle. C’est très joli mais ça ne mérite pas l’excursion. La seconde grotte, plus haut, est plongée dans l’obscurité et l’on y distingue quelques statues de bouddhas à la lampe torche. On en ressort assez rapidement. De retour à Luang Prabang (notez que les abords du Mékong sont absolument magnifiques), Jean-Noëlle déjeunent au Croissant d’Or où ils prennent un délicieux pain au chocolat en dessert avant de rejoindre la gare routière.

Tak Bat, offrandes aux moines, Luang Prabang, Laos

Luang Prabang est une ville très agréable dont le rythme lent a failli nous retenir quelques jours de plus. Même s’il n’y a pas grand-chose à y faire, on ne veut pas la quitter.

Grotte Bak Ou, Luang Prabang, Laos

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s