Singapour, l’empire de la guestlist

guestlist 1 « Bonsoir, chers téléspectateurs ! J’accompagne ce soir Nicolas, jeune expatrié français, à l’occasion de ses pérégrinations nocturnes dans la fameuse Cité-Etat. Alors, Nicolas, qu’avez-vous prévu ce soir ? – Oh, un petit tour au Pangaea, je suis sur la guestlist d’Hazel – Oh ! Ça a l’air excitant !! – Non non, c’est une soirée pourrie et je sais même pas qui c’est Hazel ! Mais ça permet de passer le temps ! »

guestlist 2

Voici comment mon ami Claudio, « inpatrié » à Paris, a résumé la situation après que je lui ai décrit le principe des guestlists pour entrer en boîte à Singapour. Ça semblait finalement assez juste. En effet, à Singapour, si on se débrouille bien on ne paie jamais son entrée en boîte. Les boîtes elles-mêmes, parfois de parfaits inconnus, proposent aux personnes qui les suivent sur Facebook de s’inscrire sur des guestlists gratuites jusqu’à une certaine heure, en général 23h30 ou minuit. Il suffit de poster un « RSVP + x » sur l’événement Facebook puis de se présenter à l’entrée de la boîte de nuit avant l’heure limite pour bénéficier d’une entrée gratuite pour soi-même et ses x amis.

guestlist 3

Même les clubs les plus réputés tels le Zouk, régulièrement classé dans les cinq meilleures boîtes du monde, ou le kyo, nouveau club des nuits singapouriennes, proposent ce genre de solutions. Eux fonctionnent plutôt par mail que sur Facebook et il faut alors leur communiquer prénom, nom et adresse email mais le résultat est le même. Si vous vous débrouillez bien, donc, vous ne paierez jamais d’entrée en boîte à Singapour. En six mois j’ai échoué une ou deux fois seulement. La technique est de se rendre à l’entrée de la boîte avant l’heure dite, puis d’aller boire quelques verres bon marché supplémentaires avec ses compagnons de soirées afin de s’éviter des soirées trop coûteuses.

guestlist 4

 On revient ensuite en boîte, on présente son avant bras avec son tampon visible seulement à la lumière noire et on peut passer la soirée à sautiller sur le dancefloor sans débourser le moindre centime. Si Cendrillon arrive en boîte après minuit, elle doit s’acquitter d’un droit d’entrée allant de quinze à vingt-cinq dollars et lui donnant droit, en général, à une ou deux consommations. Pourquoi le système fonctionne-t-il ainsi dans la Cité-Etat où l’argent est la valeur suprême ? Bonne question ! Peut-être s’agit-il d’une mesure du gouvernement afin de favoriser les jeunes employés en contrats locaux !

guestlist 5

Quoi qu’il en soit, en ajoutant simplement quelques illustres inconnus dans vos amis Facebook vous aurez la possibilité d’écumer gratuitement les clubs singapouriens. Le plus amusant est de voir jusqu’à combien de personnes vous pouvez ajouter à votre nom sur la guestlist de Y ou Z, voire même du bar accueillant la soirée en question. Pour l’instant mon record est à « +20 » à la célèbre « Helipad Party » du New Asia Bar, demain soir. Mais croyez-moi, je tenterai bientôt, pour le plus grand plaisir de mes amis, un « +100 », voire même un « + infini » dès que j’aurai trouvé la touche adéquate au symbole sur mon clavier azerty !

guestlist 6

J’imagine que l’intérêt de ces guestlists gratuites pour les boîtes de nuit est de faire venir les clients plus tôt que d’habitude s’ils veulent profiter de l’entrée offerte, ceux-ci ayant alors plus de temps pour dépenser leur argent. Nous pouvons peut-être aussi y voir une raison plus pragmatique : avoir une idée du nombre de clients auquel ils doivent s’attendre et organiser leur staff en fonction. 

guestlist 7

Vendredi dernier, Joana et moi avons passé une étape importante de la guestlist gratuite au kyo. Nous nous apprêtions à donner notre nom pour la guestlist à l’entrée quand on nous a gentiment laissé entrer sans vérification car « They come here all the time! » Le début d’une nouvelle aire dans l’histoire de l’empire de la guestlist ? Nous vous tiendrons au courant, n’en doutez pas !

guestlist 8

Et voici un peu de musique made in Detroit pour ceux qui souhaiteraient se mettre dans l’ambiance avant de sortir ce soir.

Nicolas

2 thoughts on “Singapour, l’empire de la guestlist

Leave a Reply to Cécile Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s