Le delta du Mékong


Nous étant couché tôt la veille, nous parvenons pour une fois à nous réveiller sans trop de difficultés. Rendez-vous de nouveau à l’agence du Sinh Tourist où nous prenons un car qui nous mène à My Tho (encore beaucoup de route), au bord d’un des bras du Mékong. Nous embarquons sur un bateau à moteur en bois. Il a deux yeux à l’avant de la coque afin d’éloigner les crocodiles autrefois présents dans le delta.

Première halte pour une dégustation de Royal Jelly, élixir censé repousser la quasi-totalité des maladies imaginables. Composé de miel, de thé et de citron, c’est parfaitement délicieux. Suit une dégustation de fruits tropicaux sur fond de musique traditionnelle, plus agréable à l’oreille mais moins typique que celle entendue à Hoi An. Nous reprenons le bateau pour nous arrêter ensuite à la coconut candy workshop, sorte de pâte de noix de coco tiède. A tomber !

Delta du Mékong, pirogue

[Attention, parenthèse serpents]

J. qui cherchait des yeux N. et Fabien, lâcha un énorme “B****d !” en voyant ce qui occupait la cage à côté d’eux : un énorme serpent qui glissait le long des parois d’une petite cage… Finalement, N. Ne lui
ayant pas vraiment laissé le choix (oui, même s’approcher d’un serpent est préférable à supporter quelqu’un qui vous tire le bras, l’épaule en vous disant : “Viens voir le serpent, allez, viens !” (x10)). Après ce petit combat de regard Serpent vs J., incontestablement gagné par le serpent qui se préoccupait de J. autant que de sa première mue, le groupe a été invité à rejoindre des tuktuks, sortes de charrettes greffées sur des motos.

[Fin de la parenthèse serpents]

On est donc 8 dessus, 9 avec le chauffeur, et c’est parti pour une ballade dans la campagne. Arrivés à un pont nous descendons des tuktuks pour rejoindre des petites pirogues à fleur d’eau, qui nous mènent à notre déjeuner. Nous nous arrêtons dans un restaurant au bord de l’eau, en pleine jungle. Sur notre table un poisson exotique grillé en conservant sa forme d’origine est présenté à la verticale. Une serveuse nous montre comment nous préparer des rouleaux avec ce poisson, de l’ananas, du concombre et des nouilles, délicieux et exotique.

Poisson, Delta du Mékong

Nous reprenons ensuite notre bateau à moteur pour rejoindre le car à My Tho. C’est reparti pour une longue sieste dans le car avant de rejoindre Can Tho et notre hôtel. Le dîner n’étant pas compris dans le voyage nous nous dirigeons vers un restaurant de poissons. J. tente le poisson-chat grillé et découvre ainsi qu’il a un goût terreux. N. choisit un poisson grillé à manger de la même manière qu’au déjeuner mais plus long (type bar) et bien meilleur !

Levés de bonne heure le lendemain matin pour visiter le marché flottant, nous sommes un peu déçus par celui-ci car, à cause du Têt, il y avait très très peu de bateaux. Dommage, surtout pour J. qui rêvait de voir l’animation d’un marché sur l’eau. Heureusement, la visite suivante est une réussite. Nous arrivons dans une ferme de fruits tropicaux très fournie où nous découvrons de nouveaux fruits. On nous montre notamment le yellow jack et le durion, le fameux fruit qui pue. Bizarrement, il ne fait pas
partie des fruits que l’on nous propose de déguster…

Nénuphars, Delta du Mékong

Après un déjeuner qui aura pour seul intérêt de permettre à J. de goûter les fleurs de citrouille, délicieuses, nous nous mettons en route pour le retour à Saigon. Petite escale à un marché où Jean-Noëlle trouveront deux fruits qu’ils voulaient tester : le durion et la milk apple dont le nom vietnamien très poétique évoque les seins des femmes et le lait qui en sort. Ce fruit est plutôt bon, savoureux et sucré, rien à voir avec le durion. Rien que d’en parler, J. en a encore des nausées. Premièrement, l’odeur est encore plus forte que celle de dix camemberts bien faits. La texture, ensuite, est compacte et très dense. Curieusement, on dirait du fromage à hamburger liquide. Enfin, le goût : certains disent que ça a goût de fromage… Si on parle d’un mauvais fromage au goût trop prononcé, on est d’accord. On est content d’avoir fait l’expérience (surtout que certains aiment beaucoup), mais on ne recommencera pas, surtout que le goût met très longtemps à partir.

Fruits, Delta du Mékong

Retour à Ho Chi Minh pour une dernière nuit à l’auberge avant le décollage pour Mumbai (avec escale de six heures à Kuala Lumpur). Notre dernière matinée nous aura appris que le Coca Light au réveil peut être très dangereux. J. en a fait les frais en manquant de s’évanouir après une seule gorgée. Heureusement une bouteille d’eau et un Burger King l’ont remise sur pieds !