Koh Tao & Koh Pha Ngan

Il est vingt-trois heures samedi vingt-cinq Août lorsque FP, Henri et Jean-Noëlle embarquent à bord du « boat people » qui va les mener à Koh Tao. En fond de cale, sur deux niveaux (et donc avec un mètre sous plafond) et serrés en rang d’oignons, nous avons droit à des matelas d’une soixantaine de centimètres de large pour deux d’épaisseur. Le moteur est à moins de cinq mètres de nous et est relativement bruyant. Premier contact avec la faune de Koh Tao : moyenne d’âge entre vingt-cinq et trente ans, marcel et/ou sarouel obligatoire, canettes de bières et tatouages. Nous arrivons à bon port après une nuit finalement correcte vers sept heures du matin et prenons notre petit-déjeuner sur la plage avant de partir à la recherche de notre hôtel.

Shark Bay, Koh Tao

Deux heures d’errance, de coups de téléphones, de discussions avec les locaux seront nécessaires pour trouver notre hôtel que personne ne semble connaître. Une fois nos backpacks posés, nous longeons la plage pour organiser nos prochaines sorties : snorkeling et plongée. Nous passons l’après-midi à profiter de la mer et du soleil sur la fine plage bondée puis nous allons contenter nos estomacs à un open pizze pour quatre euros cinquante environ. La fatigue et le mois d’abstinence d’Henri et Jean-Noëlle font que les quelques cocktails ingurgités les envoient rapidement au lit !

Koh Tao

Le lendemain lundi, nos quatre joyeux lurons se lèvent à l’heure pour une journée de snorkeling aux abords de l’île. Nous embarquons sur un énorme bateau en bois de deux étages sur lequel nous sommes une bonne vingtaine. Shark Bay pour commencer. Elle porte bien son nom puisque FP en apercevra trois dont deux que Jean-Noëlle prennent en chasse sur quelques mètres, rapidement distancés sans palmes. Belles bêtes : requins à pointe noire d’un mètre vingt de long et bien gros. Les trois spots suivants se suivent sans se ressembler trop : quelques poissons, une eau transparente, des coraux, c’est joli mais au troisième, on commence à se lasser. Heureusement, le dernier spot réveille Jean-Noëlle. Il s’agit du « jardin japonais » que l’on rejoint à pied en traversant une minuscule île idyllique. L’eau est translucide, de nombreux rochers présentent des cavités et ressemblent à des buissons au milieu d’un jardin de sable. Les poissons y sont moins nombreux, exceptés à un endroit où nous en voyons plus d’une centaine en train de manger en faisant du bruit. La journée se termine en compagnie de notre nouvelle amie Biafine puisque nous avons oublié la crème solaire. J. et Henri ont le plus beau coup de soleil de leur vie !

Plage principale de Koh Tao

Mardi midi, rebelote pour une journée sous l’eau mais avec des bouteilles cette fois. Nous sommes tous les quatre avec une dynamique Australienne. Pour notre première immersion, nous retournons au « jardin japonais » pour une plongée très sympathique où nous faisons des galipettes sous l’eau, des pauses position du lotus, et un détour en profondeur pour aller voir un « lion fish ». Nous sommes tous les quatre très à l’aise sous l’eau et profitons au maximum de notre demi-heure. Notre monitrice est aussi ravie que nous. Une deuxième plongée, sans partir de la plage, cette fois, nous permet de voir plus de poissons et plus colorés. Nous plongeons plus longtemps mais cela nous paraîtra beaucoup plus court. Nous nous sentons si bien sous l’eau… Comme à chaque fois, nous retrouvons la surface dans un état un peu euphorique. Le soir même, nous retrouvons cet état grâce au gaz hilarant d’un bar de la plage, plus ou moins efficace selon les personnes, puis nous allons faire la fête un peu plus loin, sur la plage toujours, au milieu des buckets et des bolas.

Koh Tao

Mercredi, pour notre dernier jour à Koh Tao, nous faisons un tour d’une heure en kayak le long de la plage principale avant de passer la soirée dans un sympathique bar caché dans les hauteurs de l’île. Réveil difficile à neuf heures le lendemain pour prendre le bateau qui nous mène à Koh Pha Ngan, île mondialement connue pour ses Full Moon Parties.

Snorkeling à Koh Tao

Après deux heures de bateau, nous rejoignons Alexandre (que nous avions déjà retrouvé à Singapour) au Haad Tian Beach Resort. Cet hôtel a un inconvénient mais beaucoup d’avantages : il est situé à la pointe la plus isolée de l’île mais le cadre et la cuisine y sont délicieux. La terrasse du restaurant a une vue sur une grande piscine et sur la mer juste derrière. Notre bungalow avec deux grands lits donne sur la plage pour trois euros par nuit.

Japanese Garden, Koh Tao

Koh Pha Ngan est une île festive où l’attitude zen et ouverte d’esprit semble primer. La première soirée au nom alléchant, « Waterfall Party », a lieu au-dessus d’une petite rivière avec des roches autour. Les murs et rochers sont décorés de peinture fluo dans une ambiance très psychédélique et très bon enfant. On achète des buckets (mini seau en plastique agrémenté de quelques pailles) et on écoute la musique en discutant, en dansant et en regardant des jongleurs de bolas, des feux de joie, etc. On fait même une petite baignade dans la rivière artificielle au zénith de la nuit.

Full Moon Party

Le lendemain, farniente sur la terrasse et au bord de la piscine en discutant les uns avec les autres, à deux ou tous en même temps. On remet ça le soir avec la « Jungle Party », à la lisière d’une forêt et au milieu d’arbres qui portent des néons. Il y a beaucoup plus de monde que la veille et l’atmosphère psychédélique est à nouveau au rendez-vous. On n’a pas vu le temps passer en discutant à droite à gauche pendant toute la nuit, avec beaucoup d’Israéliens et d’Allemands. Retour aux aurores pour Jean-Noëlle qui vont se coucher après un plongeon dans la piscine de l’hôtel.

Haad Tian Beach Resort, Koh Pha Ngan

Grandes discussions sur l’éducation et l’entreprenariat samedi dans la journée. Sans prétention, c’est surtout un prétexte pour ne pas bouger un orteil car ce soir, c’est le grand soir : FULL MOON PARTY ! Parés de peintures de guerre fluos et de chaussures fermées, nous prenons le taxi pour la plage la plus méridionale de l’île. On nous a prévenus : surveillez vos buckets, évitez les policiers corrompus à l’entrée et faites attention à là où vous posez les pieds. On gâche le suspens : on n’a rien mis dans nos buckets (à part du sable), on n’a pas vu les policiers et on n’a pas vu de verre cassé non plus. Bref, tout s’est bien passé. On ne va pas trop en dire, découvrez par vous-même mais ce qu’il en ressort c’est une très bonne ambiance générale, festive et amicale à la fois. On discute, on danse, on boit, on se repose. Sans être ni l’un ni l’autre, la Full Moon Party c’est une sorte de croisement entre Woodstock et Ibiza ! On a assisté au lever du soleil à l’horizon, une belle image pour clore une belle soirée.