Hong-Kong & Macau

Pour leur deuxième week-end prolongé en Chine et pour les 25 ans de J., Jean-Noëlle se retrouvent à Hong-Kong. L’aventure hong-kongaise commence par l’atterrissage  L’avion survole l’océan, par temps dégagé on peut voir les bateaux… qui deviennent anormalement gros. On réalise alors que l’on est très proche de l’eau, au point de se demander si l’on ne va pas tous mourir… Heureusement on finit par retrouver le plancher des vaches.

J. choisit de passer l’après-midi à Disneyland Hong-Kong. N., ravi de cette sortie, suit J. d’un air effaré en l’écoutant chanter toutes les chansons Disney et taper des mains et des pieds à mesure que le parc approche. Nous avons pu faire Space Mountain, un jeu de laser sur le thème de Buzz l’éclair (jeu qui a beaucoup plu à N.), la maison des poupées, les tasses tournantes et un spectacle de Disney en 3D avec toutes les chansons préférées de J.. Alors que nous voulions tester les attractions de Toy Story Land et Adventure Land, un orage a éclaté, nous obligeant à regagner notre hôtel, trempés jusqu’aux os.

Disneyland Hong-Kong

Après un rapide passage par la Cosmic Guesthouse (dans la Mirador Mansion sur Nathan Road) où nous passerons nos trois nuits hong-kongaises, nous nous mettons en quête de L’atelier Robuchon. C’est notre premier trois macarons Michelin et nous y dînons pour fêter les vingt-cinq ans de J.. Joli cadre, assez sombre. On dîne au bar qui donne sur les cuisines. Nous nous décidons pour le menu dîner dont voici le détail.

– L’amuse bouche.

– Le vin blanc : Pouilly Fuissé Vieilles Vignes 2006 de Château Fuissé (nous avons hésité avec un Domaine de Chevalier blanc 1994).    –    Le nez, assez simple, de ce vin présente des arômes de miel et de cire. La bouche, quant à elle, est grasse, puissante, avec une légère et agréable amertume ainsi qu’un léger côté citronné. Pas mal.

– Les noix de Saint-Jacques en carpaccio, marinière à la mangue et fenouil croquant.     –    L’association est délicieuse et la texture des noix de Saint-Jacques parfaite.

– L’asperge en velouté, “sot-l’y-laisse” de volaille et nougatine d’ail croquante.    –    L’association velouté-“sot l’y laisse” est à tomber !

– Le filet de bœuf, wagyu cuit à la teppanyaki, gratin de macaroni/champignons/haricots verts et purée de pommes de terre.    –    Le bœuf est de très grande qualité, la purée est très bonne mais pas à la hauteur de sa réputation (elle serait la spécialité de Joël Robuchon).

– Plateau de fromages : reblochon, camembert, beaufort, chèvre    –    A 25€, et deux minuscules tranches de chaque fromage, c’est scandaleux, on aurait mieux fait d’attendre de rentrer à la maison !

– Le citron en tartelette, chocolat au lait et sorbet yaourt.    –    La glace est très bonne et la tarte tout simplement délicieuse.

– L’espresso et ses mignardises.

Pour résumer nous avons passé un superbe dîner à un prix pas démesuré pour la qualité. Notre serveur, français, était très agréable et nous avons même discuté cinq minutes avec lui. Néanmoins, nous pensons avoir dîné dans de meilleurs restaurants à Bordeaux, qui n’avaient pourtant qu’un macaron. Retour à la Cosmic House pour une courte nuit.

Sale de bain cosmicguesthouse

Pas de grasse matinée pour les braves, nous nous réveillons à huit heures pour prendre un petit-déjeuner et aller visiter. Grossière erreur, le musée d’Histoire de Hong-Kong n’ouvre pas avant 10h00 ! Nous passons sous une arche surmontée d’un globe terrestre pour rentrer dans une sorte de grotte. C’est la salle consacrée à l’Histoire d’Hong-Kong avant l’arrivée des hommes. Bruits de volcan, pierres que l’on peut toucher, vidéos, le musée nous paraît très interactif. Dans la salle suivante, les animaux de la région de Hong-Kong sont représentés dans leur habitat naturel, il faut parfois scruter les plantes pour les trouver. Vient ensuite la période pré-historique puis les différentes ethnies ayant peuplé la région de Hong-Kong, que l’on découvre en se baladant dans la reconstruction de leur village. L’étage est consacré à la guerre de l’Opium et la domination anglaise. Des rues, des boutiques ont été reconstruites pour mieux illustrer cette période. On y trouve même un ancien tramway. Cette ballade au Musée sera un régal.

Direction ensuite la gare des ferries pour aller à Macau. Une heure de ferry = une heure de sieste pour récupérer. Pour notre soirée à Macau nous commencerons par une course de lévriers dans le canidrôme de Macau. On s’attendait à voir du monde, hélas c’est vide, ce qui ne nous empêchera pas de nous fondre dans l’ambiance en pariant sur deux courses. Première course on gagne de quoi rembourser nos mises + 5 dollars hong-kongais (soit 50 centimes d’euros). Deuxième course, on perd… On va alors noyer notre chagrin au Grand Buffet du Grand Lisboa Hotel. Pour être grand il est grand, le nom ne nous a pas menti : viandes, poissons, légumes, fruits de mers, plats des quatre coins du monde, pâtisseries, fruits et fontaine de chocolat, on a de quoi trouver notre bonheur.

Macau

Une fois le ventre bien plein, nous nous mettons en quête des tables de roulette et de blackjack du Casino Lisboa. Nous remarquons que nous ne connaissons pas le jeu favori des chinois qui semble occuper l’extrême majorité des tables de jeu : le Baccarat (ça sonne riche !). Nous achetons finalement quelques jetons, que nous perdons en deux tours de roulette. N’ayant toujours pas trouvé de table de blackjack, nous sortons du Casino Lisboa pour nous diriger vers le Casino Wynn. On traverse les galeries marchandes (Rolex, Chanel, Hermès, et j’en oublie !) pour atteindre la salle de jeu. C’est plus luxueux qu’au Lisboa et nous avons toujours autant de difficultés à trouver les tables de blackjack. Finalement, après nous être renseignés sur les prix du poker (cave minimum 100 euros) nous achetons quelques jetons et nous asseyons à l’une des tables de blackjack les moins chers. C’est quand même 30 euros la mise. Résultat : on court changer nos jetons pour prendre un verre (Porto et Whisky). Quitte à perdre 30 euros, autant se faire plaisir ! Nous rentrons ensuite au Man Va Hotel, assez cher mais confortable et plutôt bien situé.

Le lendemain matin nous goûtons des pasteis de nata locales pour le petit-déjeuner avant de partir à l’attaque de la ville. Nous commençons par le Leal Senado, le Sénat, bâtiment typique de l’architecture portugaise. En face, le Largo do Senado, un mélange de place et d’avenue dont les bâtiments témoignent de l’ancienne présence des Portugais. Les façades sont colorées, c’est agréable. On fait un détour par le Central Market, qui commence à se vider, même si les étals de poissons, viandes, volailles, fruits et légumes sont encore là. Dans une petite rue à côté du marché nous tombons sur une boutique pleine d’ailerons de requin séchés dont la taille de certains ne donne pas envie d’aller se baigner au large de Macau. Nous poursuivons ensuite par l’église Sao Domingo et son musée d’art religieux et enfin la maison de Lou Kau, un marchand de Macau. Si la visite de l’Eglise vaut le détour, celle de la maison est très décevante.

Largo do Senado, Macau

Nous déjeunons dans un restaurant portugais, le Solmar, où Jean-Noëlle dégustent des pasteis de baccalhau et un plat de baccalhau et pommes de terres. N. aura une pensée pour Antonia, Carlos et ses deux voyages au Portugal. C’est délicieux et on sort repus de ce restaurant à la déco simple et au service sympathique.

Nous entamons ensuite une grande montée pour rejoindre le Fort Sao Paulo Do Monte qui offre une vue superbe sur Macau. Au sommet nous visitons le Museu de Macau qui est moins intéressant que celui de Hong-Kong mais qui reste quand même très bien et toujours très instructif. Nous redescendons du fort en passant devant la façade de l’église Sao Paulo, emblème de Macau. Cette église à été détruite et seule la façade est restée debout.

Le séjour à Macau se solde par la visite du Wine Museum, pas loin de l’embarcadère pour les ferries. Le musée est intéressant du point de vue de l’histoire des vignes et du vin à travers le monde puis on découvre des outils de viticulture et de vignifications pour finir sur quelques costumes et flacons des différents vignobles portugais. Il s’agit finalement plus d’un musée du vin portugais que d’un musée du vin à proprement parler. Mais cela ne nous empêche pas d’apprécier la dégustation de six vins qui clôt la visite. Nous reprenons le ferry pour Hong-Kong, déposons nos affaires à la Cosmic Guesthouse, dans une chambre grand luxe (toujours que neuf mètres carrés mais un tableau au-dessus du lit et une couverture en soie dorée !). Il est temps de dîner et nous partons à pied vers le marché de nuit où nous dégustons de délicieux coquillages et fruits de mer frais à une table en plastique du Seafood Tong Tai Restaurant. C’est simple mais qu’est-ce que c’est bon !

Ile de Hong-Kong

Nous nous dirigeons ensuite vers l’hôtel Peninsula et le bar Félix qui apparemment offre une jolie vue sur la ville. Le bar est cher, petit, plein à craquer avec beaucoup de Français… La seule attraction se situe dans les toilettes des hommes où les pissotières permettent une vue sur la ville. La Promenade de Kowloon sur Victoria Harbour est beaucoup plus agréable. L’île d’Hong-Kong est magnifique quand tous les buildings sont éclairés et nous nous amusons à compter les célébrités que nous connaissons sur le “boulevard aux étoiles” (pas beaucoup).

Walk of Fame, Hong-Kong

Le lundi matin, nous nous réveillons pas trop tard et prenons le Star Ferry. Cap sur l’île de Hong-Kong, propice au trek urbain : Jardine House, sièges de Legco, de Lippo, de la HSBC et de la Bank of China. Celle-ci offre la possibilité de monter au 43e étage d’où l’on a une vue intéressante : buildings au premier plan, grands chantiers et grues au second, Victoria Harbour au troisième puis la presqu’île de Kowlooon au fond. Le ciel étant plutôt nuageux mais lumineux, les couleurs du paysage ont quelque chose d’irréel.

Ile de Hong-Kong

Passage dans la nature avec le Hong-Kong Park. Une visite au Museum of Tea Ware où le deuxième étage nous offre une exposition de théières très originales. Un garde très sympathique nous fait signe de prendre des photos et nous indique les différentes salles. Notre retour à la nature se poursuit par la traversée des jardins zoologique et botanique où nous saluons de nombreux primates, des ibis rouges, des flamants roses, des grenouilles, un perroquet ressemblant étrangement à André Dussolier et des oiseaux extraterrestres.

L’ascension devient rude en empruntant Old Peak Road. La pente est très abrupte et nous montons difficilement avec la chaleur. On croise peu de gens et avec la végétation environnante on se croirait dans la jungle, la route goudronnée mise à part. On croisera une Française qui nous voyant dégoulinant et rouges de sueur s’est exclamé : “C’est mieux de descendre que de monter !”… Arrivés au sommet nous nous attendions à un petit observatoire, que nenni, deux centres commerciaux, des fast-foods et un musée de cire nous attendent ! Nous payons pour monter à la terrasse panoramique qui offre une vue sur Hong-Kong. Malgré de gros nuages menaçants à l’horizon on parvient quand même à avoir une jolie vue. On redescend à pied et on rejoint l’autre côté de Hong-Kong pour assister à la Symphonie des lumières, son et lumière créé avec les buildings de Hong-Kong. Ce n’est pas vraiment réussi et nous décidons d’écourter le spectacle pour aller dîner.

Hong-Kong depuis Victoria Peak

On dîne ensuite au Tsui Wah Restaurant sur l’île de Hong-Kong. Il s’agit d’une chaîne de restaurants assez bon marché et à la cuisine délicieuse. Il existe quelques branches à Shanghai. Nous terminons la soirée par un cocktail dans Lan Kwai Fong (LKF), le quartier qui bouge à Hong-Kong, avec ses ruelles piétonnes et très pentues. N. croisera même un voisin brésilien, en voyage d’affaires pour le week-end. La Chine n’est pas si grande que ça !

Le lendemain sera consacré à l’île de Lantau, au Sud-Ouest de Hong-Kong. On commence par un long voyage en car sur les routes serpentantes de l’île pour arriver à Ngong Ping où nous visitons le monastère Po Lin. Nous grimpons ensuite au Big Buddha, presque invisible à cause de l’épais brouillard très présent en altitude. Après Victoria Peak la veille, on commence à s’habituer. En tout cas cela crée une atmosphère intéressante et donne la possibilité de prendre quelques photos sympas.

Près du Grand Bouddha

On redescend ensuite pour rejoindre le village de pêcheurs de Tai O. Une partie du village est faite de maisons sur pilotis construite sur une étendue d’eau douce. De part et d’autre du village se situe la mer. Nous faisons d’abord un arrêt dans une arrière-salle pour déguster des crevettes à la mangue et des coquillages à la sauce locale. Ensuite nous faisons une balade dans le village pour rejoindre la mer. Nous grimpons sur une colline pour profiter du panorama. N. n’ayant pas voulu faire un tour en bateau pour soit-disant aller voir des dauphins, J. se rattrape en essayant d’en apercevoir à la longue vue depuis l’observatoire aux dauphins. Rien à l’horizon, la théorie de l’arnaque de N. semble se tenir. Retour en ferry pour rejoindre l’aéroport, le week-end est fini !

Tai O, Hong-Kong