Lac Inle (Myanmar)

Pêcheur acrobate sur le lac InléJeudi 13 février à quinze heures, nous arrivons au Joy Hotel de Nyaungshwe après avoir récupéré nos sacs à dos dans un hôtel voisin. La Golden Lily Guesthouse de Kalaw nous avait réservé une chambre à vint-deux dollars avec salle de bain commune et eau chaude. Nous avons bien fait puisque l’hôtel est complet. Nous prenons une bonne douche puis laissons nos vêtements sales à l’accueil. Il est temps de traverser le marché qui touche à sa fin pour rejoindre la Unique Superb Food House et y boire un rafraichissant jus de fruits.

Lac Inlé

Puis Joana ira se faire masser une heure au Win Nyunt Traditional Massage pour sept dollars. Le massage birman ressemble au massage thaïlandais : il se fait habillé et la masseuse pratique des points de pression sur tout le corps. Le moment le plus étrange se produit lorsque la masseuse (loin d’être légère) place tout son poids sur un point du derrière de la cuisse pendant une trentaine de secondes. Pendant tout ce temps on souffre le martyre et se demande pourquoi on s’inflige cela et puis la masseuse descend et une vague de chaleur envahit la cuisse puis toute la jambe et l’on se sent incroyablement léger ! Pendant ce temps, Nicolas est rentré se connecter à Internet pour l’unique demi-heure de ces deux semaines au Myanmar.

Marionnettes traditionnelles lac Inlé

Nous nous retrouvons ensuite pour un copieux dîner à l’un des stands du marché de nuit : Myanmar Beer, brochettes grillées, soupe de nouilles et salade. Puis nous nous rendons au Aung Puppet Show où  pour trois dollars nous assistons à une demi-heure de marionnettes traditionnelles manipulées par un seul homme en rythme avec une musique enregistrée. Artisanal et original. De retour au Joy Hotel, nous goûtons du vin birman pour la première fois. Il s’agit d’un Sauvignon Blanc 2012 du Red Mountain Estate, tout à fait honnête, que Chad (dont nous vous parlerons plus tard) nous a offert avant notre départ de Yangon.

Birmane lac Inlé

Le lendemain nous partons en bateau sur le lac avec les deux Autrichiennes rencontrées pendant le trek. Un bateau coûte quinze à dix-huit dollars pour la journée.  Nyaungshwe est situé au bord d’une rivière qui se jette dans le lac au Nord. A peine arrivés sur celui-ci nous avons l’opportunité de prendre en photo deux pêcheurs en habit traditionnel avec des cônes en osier en guise de filet qui pagaient avec leur jambe enroulée autour d’une rame en bois. L’un deux atteint notre bateau pour nous montrer le fruit de sa pêche et prendre la pause. Malheureusement il demande ensuite de l’argent de façon insistante. Les autres pêcheurs du lac sont habillés normalement et utilisent des filets en nylon. Nous comprenons vite que le lac Inle est le Disneyland local. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Jardins flottants lac Inlé

Premier arrêt à un atelier de bijoux en argent, c’est le début d’une longue matinée à être baladé d’ateliers de bijoux en ateliers de tissage aux prix exorbitants. Une écharpe en lotus est vendue cinq cents dollars ! Les trajets en bateau sont tout de même agréables puisque nous traversons des villages sur pilotis et des canaux plein de lotus bordant des maisons traditionnelles. Après déjeuner nous visitons la pagode Phaung Daw U, la plus visitée de l’état Shan. Elle abrite des statues de Buddha devenues difformes à cause des milliers de feuilles d’or dont les fidèles les recouvrent. Il y a beaucoup de marchands autour de la pagode, qui vendent les mêmes souvenirs que partout ailleurs dans le pays mais à des prix plus élevés.

Temple des chats sautant lac Inlé

Nous négocions avec le capitaine de notre pirogue pour ne pas aller voir les femmes girafes et ne visiter que les jardins flottants et le monastère Ngaphechaung ou monastère des chats sautant où plus aucun chat ne saute. Nous ne voulons pas voir les femmes girafes pour ne pas perpétuer une tradition qui aurait vraisemblablement disparu si les Birmans ne s’en étaient pas servis pour attirer les touristes. Les jardins flottants sont constitués de bandes de terre cultivées depuis les pirogues des paysans qui naviguent entre les différentes bandes. C’est intéressant. Le monastère Ngapechaung n’échappe pas aux marchands mais est original car tout en teck et sur pilotis. Il y fait frais et on peut y admirer de nombreux Bouddhas dans une atmosphère apaisée.

Douceurs birmanes lac Inlé

De retour à Nyaungshwe nous prenons le thé au Thu Kha Coffee, accompagné d’un beignet à la noix de coco et d’un cookie. Puis nous nous dirigeons vers le Miss Nyaungshwe Restaurant pour rédiger quelques artciles de blog arrosés de lassis, jus de fruits, puis caipirinhas au rhum local à un dollar cinquante le verre. Un peu guillerets, nous rentrons à l’hôtel pour tester la demi-bouteille de Red Mountain Estate 2012 Shiraz-Tempranillo offerte par notre ami Chad à notre départ de Yangon.

Red Mountain Estate vin birman

Le lendemain matin, nous enfourchons les vélos de l’auberge pour nous rendre au Red Mountain Estate, situé non loin du lac, à quelques kilomètres de la ville. Celui-ci appartient à un Birman et est géré par un Français. Le domaine a été créé en 2002 et les premières vignes ont été plantées l’année suivante. Il y a aujourd’hui 20 hectares autour de la propriété, ainsi que 55 hectares supplémentaires un peu plus loin. Nous goûtons un blanc sec, un rosé, un Shiraz-Tempranillo (moins bon que la veille) et un vendange tardive demi-sec. Globalement les vins sont corrects mais pas assez bons pour titiller nos papilles. Nous remarquons que les bouteilles ont été ouvertes la veille. La vue depuis la propriété est incroyable et nous rentrons au village après en avoir un peu profité. Nous déjeunons au Smiling Moon Restaurant où le poulet grillé est divin.

Red Mountain Estate vin birman

Advertisements

Kalaw et trek Kalaw-lac Inlé (Myanmar)

Massala Tea KalawMardi 11 février nous embarquons dans le bus pour Kalaw. Celui-ci arrive devant notre auberge à sept heures cinquante et est plein d’Occidentaux, ca nous change du train ! Ce trajet est si touristique qu’à la pause déjeuner les toilettes sont réparties entre toilettes pour touristes et toilettes pour Birmans. Nous arrivons à Kalaw sept heures plus tard et découvrons une charmante petite ville de montagnes. Nous passerons la nuit à la Golden Lily Guesthouse, recommandée par le Routard et le Lonely. La nuit y coûte seulement sept dollars pour une chambre avec salle de bain commune avec eau chaude. C’est une première et ce sera la dernière dans ce pays où le logement est très cher. Nous y réservons également notre trek de deux jours en direction du Lac Inle. On nous promet un trek sur des routes éloignées des touristes, limité à six personnes par groupe et par village où nous séjournerons.

Femme et enfant Shan - Trek Kalaw-Lac Inle

Nous partons ensuite faire un tour du marché, sans intérêt, avant de nous installer à la terrasse de la Tetnaywin Teahouse, recommandée par le Lonely Planet. L’atmosphère typique décrite par le guide est au rendez-vous et nous sympathisons brièvement avec des papis motards. Petits souvenirs de l’Inde à l’aide de samosas et chai (thé noir au lait concentré). Nous dînons ensuite au Pyae Pyae Shan Noodle, petit restaurant délicieux et très bon marché.

Femme et enfant Shan - Trek Kalaw-Lac Inle

Le lendemain, nous laissons les bagages à l’hôtel et montons dans un tuk-tuk afin de rejoindre notre guide, parti la veille avec une groupe de trois personnes ayant opté pour le trek de trois jours. En effet, le trek de deux jours commence par une heure de tuk-tuk dans une partie de la campagne que le trek de trois jours parcourt à pied. Nous serons donc sept : deux Autrichiennes fort sympathiques, un couple de Canadiens incroyablement lent et une Chinoise de Beijing. Nous marchons depuis un marché Shan (ethnie principale de l’état Shan dans lequel nous nous trouvons) jusqu’à un monastère pour le déjeuner. En chemin, nous traversons un village plutôt désert. Au déjeuner, première déception quand nous constatons que nous sommes six groupes à manger au même endroit. Ca commence bien pour un trek qui se voulait hors des sentiers battus.

Marché Shan - Trek Kalaw-Lac Inle

La déception s’accroit tout au long de l’après-midi quand nous croisons à plusieurs reprises des groupes de touristes, un hôtel en construction et même un coin buvette. Paroxysme le soir quand nous arrivons dans le même village que les cinq autres groupes ! Quoiqu’il en soit, les paysages sont vraiment beaux, les enfants souriants et nous assistons à la toilette dans la rivière d’une famille birmane avec ses bœufs qui méritent eux aussi le gel douche. Tout au long de notre marche, nous traversons des plaines sèches, des rizières en terrasse avec de moyennes montagnes à l’horizon. Les enfants nous accueillent de « Bye bye » en agitant la main pour nous dire bonjour.

Etat Shan - Trek Kalaw-Lac Inle

A peine arrivés au village de l’ethnie Pa-o dans lequel nous passerons la nuit, nous suivons Krishna, notre guide népali, au sommet d’une montagne afin d’admirer le coucher du soleil à côté d’un monastère bouddhique. Dommage que les nuages gâchent un peu le spectacle, tandis qu’un chaton noir se joint à nous pour grignoter les chips et le thé offerts par les moines. De retour au village, nous dînons à la bougie dans la pièce qui nous sert de chambre, à l’étage d’une maison en bois. Nous sortirons ensuite passer un moment au coin du feu à rigoler avec deux femmes Shan (ethnie plus large à laquelle appartiennent les Pa-o) tout en ouvrant des cacahouètes. Les femmes Shan sont reconnaissables à l’écharpe orange fluo à carreaux qu’elles portent sur leur tête. La nuit est froide mais heureusement les couvertures sont épaisses.

Enfant Shan - Trek Kalaw-Lac Inle

Le lendemain nous repartons pour plusieurs heures de marche durant lesquelles nous croiserons de nouveaux touristes ayant vraisemblablement passé la nuit dans d’autres villages. Vers neuf heures, nous traversons une cour d’école et assistons à l’arrivée des maitresses ainsi qu’au chant de l’hymne national qui inaugure la journée et précède un certain nombre de questions posées aux enfants. Ceux-ci entrent ensuite en classe à la file indienne après avoir soigneusement déposé leurs tongs à l’entrée. Quatre heures plus tard, nous finissons notre deuxième journée de trek  sur un marché touristique qui remballe ses souvenirs.

Notre guide Krishna - Lac Inle

Nous avons bien grimpé durant la première journée puisque le village Pa-o est situé à 1 900 mètres d’altitude (très haut, contrairement à son nom !), soit 600 mètres au-dessus de Kalaw, notre point de départ. Nous remercions Krishna qui a su égayer notre marche de ses quelques énigmes. Néanmoins, nous comptons beaucoup sur notre prochain trek depuis Hsipaw, puisque celui-ci était franchement trop touristique. Il est temps d’embarquer sur un bateau à moteur pour traverser le lac Inle qui nous mènera en une heure à Nyaung Shwe, au Nord de celui-ci.

Massala Tea - Kalaw