Riung (île de Flores)

Jeudi douze juillet, nous partons donc aux aurores et, chose surprenante, notre chauffeur est à l’heure ! Lukas ne doit pas plaisanter avec les horaires. On embarque donc à six dans une voiture prévue pour sept, c’est le grand luxe ! Nous payons quand même 100 000 rupiahs (neuf euros) au lieu de 40 000 par personne, mais au moins nous arrivons à Riung à neuf heures, au lieu de seize heures avec le bus, ce qui nous permet de gagner une journée, rien que ça. Nous essayons deux hôtels puis finissons au Madona Homestay, chez une petite Mamie qui parle trois mots d’anglais mais est bienveillante (presque trop parfois). Le confort est sommaire mais pour 50 000 rupiahs (quatre euros cinquante) petit-déjeuner compris, on ne fait pas les difficiles. C’est le meilleur prix qu’on ait eu pour l’instant.

Habitations à Riung

C’est parti pour le Cafe del Mar, tenu par un jeune Indonésien aux cheveux longs pour organiser notre sortie island hopping/snorkeling (comprenez masque-tuba d’île en île) pour 127 500 rupiahs (onze euros) par personne, déjeuner non compris. Nous rejoignons ensuite Simon sur le port, autre Indonésien à la peau très mate et aux cheveux bouclés (chose rare) qui baragouine quelques expressions françaises assez comiques. Une fois le déjeuner acheté nous embarquons en compagnie du Hollandais et des deux Biélorusses avec qui nous avions partagé la voiture. Première halte au Pulau Tiga où nous sautons du bateau pour rejoindre la plage en observant la faune maritime : coraux verts, bleus et rouges, étoiles de mer bleu vif, poissons de toutes les tailles, formes et couleurs (et même des poissons du film « Némo »). Une fois sur la plage, nous déjeunons à l’ombre d’un arbre, sur le sable blanc, en regardant la mer azur et la côte en face. Nous sommes douze personnes sur l’île, pas une de plus. Jean-Noëlle se sentent encore plus seuls au monde lors de leur promenade au bout de la plage.

Plage d'une île proche de Riung

Nous remontons dans notre bateau qui est une longue barque avec une bâche en plastique bleu et du bambou en guise de toit. Nous nous arrêtons à l’île Pulau Rutong pour refaire du snorkeling. Les coraux sont moins impressionnants, mais on retrouve les nombreux poissons dont certains ont des couleurs très vives. Entre deux sessions de snorkeling, nous faisons une pause sur le sable blanc. Avant de partir, nous allons faire un tour dans la petite mangrove de l’île. Notre bateau met ensuite le cap sur Pulau Ontoloe où nous nous arrêtons à proximité de la mangrove pour observer les « flying foxes », des chauves-souris de très grande taille (une bonne cinquantaine de centimètres d’envergure). Notre guide frappe des mains et crie pour les réveiller afin de les faire s’envoler.  Des nuées de chauve-souris traversent le ciel au soleil couchant, c’est impressionnant.

Flying foxes, Pulau Ontoloe

Nous rentrons vers dix-huit heures et repassons au Café del Mar pour payer. Le propriétaire arrive après nous, un sourire aux lèvres et les yeux anormalement rouges… Il semble un peu ailleurs et rigole beaucoup. Il propose de nous cuisiner un « snapper » (dorade) de trois kilos que nous partagerons à cinq. Nous acceptons et rentrons nous laver pendant qu’il prépare le poisson. Nous prenons notre première douche au seau d’eau. Le rendez-vous est fixé à vingt heures, à vingt heures trente notre poisson n’est toujours pas prêt mais nous passons un bon moment avec nos compagnons de la journée et un couple de Français que nous venons de rencontrer. La bête arrive enfin et sa taille est impressionnante. Servie avec une salade, des légumes cuits et du riz, on se régale. Le poisson est vraiment délicieux, le meilleur que Jean-Noëlle ait mangé depuis un moment.  A la fin du dîner, le propriétaire nous propose de l’accompagner  à un mariage. Nous acceptons et partons avec les autres clients du restaurant.

Dorade au Café del Mar, Riung

Onze occidentaux qui arrivent à un mariage musulman en Indonésie, ça fait une entrée remarquée. Nous avons un peu l’impression de voler la vedette aux mariés à qui nous allons serrer la main et déposer une donation dans une enveloppe. Nous allons ensuite nous asseoir en face des enfants qui semblent ravis du spectacle et surtout de voir un australien porter un sarong, tenue locale. On nous apporte de l’eau et un gâteau. La salle est juste composée d’une immense tente, le sol est en terre battue et on est assis face aux mariés sur des chaises en plastique. Les mariés sont disposés sur un canapé, sous des tentures, leurs noms sont indiqués derrière eux. Personne n’est particulièrement bien habillé pour l’occasion, à part quelques petites filles qui ont de jolies robes. Nous regardons les gens danser. Ici on danse deux par deux, face à face sur une ligne, et les enfants qui ne respectent pas cette tradition se font un peu réprimander. A la fin de chaque musique tout le monde va se rasseoir et retourne sur la piste de danse à la chanson suivante. Nous nous joindrons à deux danses dont une traditionnelle, en cercle avec deux personnes au milieu qui tiennent un foulard. Si l’une d’elle passe un foulard autour de vous, vous devez prendre sa place au milieu du cercle, danser un peu et choisir une nouvelle « victime ». Nous rentrons sous les étoiles et la voie lactée que l’on voit très bien ici. Ainsi s’achève notre première journée à Riung, riche en découvertes.

Mariage musulman, Riung

Le lendemain nous essayons de louer une moto. Les prix sont très élevés, surtout pour une semi-automatique, mais nous finissons par accepter d’en louer une avec le plein et deux casques pour 100 000 rupiahs (neuf euros). Nous partons d’abord en direction du panorama Wukit Batujapi qui offre une vue superbe sur les îles. Nous nous rendons ensuite à la cascade Buntang Ireng. La route pour y accéder est en très mauvais état et la conduite n’est pas agréable pour N. Nous finissons par trouver l’entrée du chemin menant à la cascade, mais après une demi-heure de marche le chemin commence à devenir un peu difficile et nous n’entendons toujours pas la cascade. Fatigués, nous décidons de faire demi-tour après avoir fait une baignade dans un ruisseau. Nous retournons à Riung pour déjeuner au Rumah Makun Murah Muriah. La nourriture y est savoureuse et la quantité de crevettes dans nos nouilles est tout à fait respectable.

Wukit Batujapi, Riung

Nous reprenons ensuite la moto pour nous rendre à la plage Pantai Watulajar. La vue depuis la route est magnifique. Nous croiserons même un petit varan et des singes ! La plage est entourée de hautes herbes et de cocotiers. Encore une fois nous nous sentons seuls au monde. Nous croiserons quand même des vaches. Leur propriétaire nous propose de l’accompagner pour les faire boire et nous pouvons admirer les veaux gambader. Le soir nous retournons dîner au Rumah Makun Murah Muriah et passons une dernière nuit au Madona Homestay. Le lendemain Jean-Noëlle doit se lever tôt pour partir pour Moni.

Vaches sur la plage Pantai Watulajar